Guillaume Gomez

Dans cette rubrique, La Grivoise, nous passons une personnalité de l’univers de l’art de vivre au crible de quelques questions. Histoire de découvrir des facettes insoupçonnées de nos invités. La grivoise.

Guillaume Gomez, un des chefs les plus charismatiques de la capitale, a officié au palais de l’Élysée jusqu'en 2021. Depuis 1997, il gérait une brigade de 25 personnes et veillait tant aux menus quotidiens qu’aux cérémonies officielles.

Texte : Leslie Gogois
Portrait : Oriana Fenwick

Ma contre-vérité (ce qu’on imagine de vous et qui n’est pas vrai) Comme je suis assez présent sur les réseaux sociaux, les gens imaginent tout connaître de moi. Mais c’est totalement faux ; je ne parle jamais de ma famille, de ma vie, je ne donne pas le nom de mon chien, d’ailleurs je n’en ai pas… Ma communication reste toujours axée autour des produits et de la transmission. Je mets quiconque au défi d’avoir vu quelque chose sur ma vie personnelle sur les réseaux sociaux ! Et même professionnellement, je ne dévoile qu’une part infime de ma vie, que ce soit pour des raisons de confidentialité ou autre.

Mon secret caché (une petite manie, un péché mignon…)  Alors, il faut que je trouve quelque chose d’avouable… (Rires). Tous les soirs, avant d’aller me coucher, je mange au moins un carré de chocolat, parfois plus. C’est souvent du chocolat noir, mais pas toujours. En ce moment, je dévore les tablettes que Sébastien Bouillet m’a offertes. Un vrai péché mignon. Et sinon, je ne m’endors jamais sans lire quelques pages… Là, je suis plongé dans Les guerres intérieures de Valérie Tong Cuong.

Mon plus grand amour dans la vie, c’est… Ma famille, sans hésiter. Mais comme je ne parle jamais de ma vie, n’essayez pas d’en savoir plus !

Ce que je ne sais vraiment pas faire… Vous avez de la place dans votre interview ? Car il serait beaucoup plus court de faire la liste de ce que je sais faire ! Par exemple, je n’ai jamais réussi à monter à la corde lisse, ni à sortir en wakeboard, ni à tenir sur un skateboard. Il y a une foule de choses que j’ai testées mais que je n’ai pas réussies.

Si j’avais mené une autre vie… Je n’aurais pas pu mener une autre vie ! Je cuisinerai tout le temps, toujours. Contrairement à beaucoup de chefs, je n’ai pas de souvenirs gastronomiques, enfant. L’une de mes grands-mères me préparait des steaks hachés et des pommes de terre Lunor à Montreuil, et mon autre grand-mère, en Espagne, ne cuisinait pas bien non plus. Et pourtant, j’ai toujours voulu faire ce métier. Je me souviens qu’en maternelle, j’étais le seul déguisé en cuisinier au milieu des pirates et des princesses. C’est d’ailleurs sûrement ma plus grande chance dans la vie : avoir toujours su le métier que je souhaitais exercer. Et aussi d’être tombé sur des passionnés, qui m’ont transmis les bonnes valeurs, et notamment Johny Benariac, mon patron d’apprentissage, à la tête du restaurant La Traversière à Paris.

La question bonus : quelles sont les recettes que vous préparez le plus à l’Élysée ? Ce que je peux vous dire, c’est qu’il n’y a aucune recette qu’on réalise plus que d’autres ! Notre objectif est de représenter le terroir et le territoire français, Dom-Tom compris. Toutes les influences nous inspirent, la cuisine des îles, lyonnaise, alsacienne, même si l’Île-de-France représente évidemment une part importante car nous travaillons avec de nombreux producteurs installés à moins de 100 km de Paris. Mais pour autant, on ne s’interdit rien, je peux aussi bien cuisiner un poulet landais, une poule noire d’Alsace, une volaille de la Sarthe ou de Bresse. Pas de routine à l’Élysée, et c’est précisément ce qui est intéressant. Ici, nous ne servons pas de jambon de Parme, de truffe blanche, ni de Jabugo, ce n’est pas notre rôle. Tous les éleveurs et agriculteurs de l’Hexagone pourront toujours compter sur nous !


Moi, amande

Dans cette nouvelle rubrique, La Grivoise, nous passons une personnalité de l’univers de la gastronomie et plus globalement de l’art de vivre au crible de quelques questions. Histoire de découvrir des facettes insoupçonnées de nos invités.